9regards.be

Trois Facteurs de Risque

Le burnout est lié à la combinaison de facteurs liés au travail, de facteurs individuels et de facteurs sociétaux. Source : rapport du conseil supérieur de la santé

Facteurs Sociétaux

Le burnout est apparu avec les changements apparus dans notre société et notamment la pression du temps due à la mutiplication des rôles et des tâches de chacun susceptibles de rentrer en conflit (temps à partager, influences réciproques, attentes qui peuvent être différentes dans les différents rôles).

Le renforcement de l’individualisme joue aussi un rôle dans une société qui a perdu ses réseaux sociaux traditionnels et qui favorise des relations basées sur la compétition plutôt que sur la solidarité.

De plus, la digitalisation nous sollicite à chaque instant et les réactions immédiates sont valorisées.

S’ajoutent à cela la pression de la performance et l’importance de la réussite qui sont devenues centrales jusque dans les loisirs dans une société qui ne permet pas ce qui est considéré comme des défaillances personnelles et ne reconnait pas les contradictions sociales et les conflits de valeurs.

Dans notre système, la production s’intensifie et on nous demande de nous impliquer à fond y compris en dehors des horaires de travail et d’être flexibles.

On mesure la valeur d’une personne à sa capacité à atteindre des objectifs souvent plus quantitatifs que qualitatifs. La qualité est citée comme critère d’excellence mais dans les faits, on fait parfois pression pour laisser partir des commandes non conformes. Nous n’avons plus d’influence sur les critères d’un travail bien fait ; ce qui entraîne une perte de sens.

Facteurs liés au travail

Le burnout se définit dans un contexte professionnel et orgnisationnel particulier qui provoque un déséquilibre entre nos ressources et ce que l’on nous demande souvent de manière implicite d’ailleurs.

Les premières professions à être touchées étaient liées au domaine de la santé et de l’enseignement où les relations humaines sont souvent passées de fondamentales à accessoires : plus d’actes techniques dans un cas, plus d’administration dans l’autre. Par la suite, le burnout s’est étendu à d’autres professions où les contacts humains étaient importants puis à d’autres domaines où ils sont moins fréquents. Le plus grand problème n’est pas la charge émotionnelle mais la charge de travail et la perte de sens. C’est l’accroissement des demandes qui nous épuise et conduit au burnout.

Maslach et Leiter (1997, cités dans Maslach, 2010; Maslach, et al., 2001) ont identifié six domaines de déséquilibre propices au burnout : les valeurs, l’équité, l’esprit de groupe, la rémunération, le contrôle et la charge de travail. Il semble que les valeurs jouent un rôle central dans ce déséquilibre. Par ailleurs, les modèles classiques d’analyse de stress au travail semblent pertinents dans le cas du burnout : charge de travail, manque de contrôle et d’autonomie, relations difficiles, longues heures de travail, changements organisationnels. Le déséquilibre entre les efforts réalisé et la recompense est un facteur aggravant.

La surcharge de travail est un facteur objectif dont l’indicence surle burnout est bien connue. Il s’agit de la quantité de travail à fournir dans un laps de temps déterminé et cette quantité ne cesse d ‘augmenter au nom de la sacro-sainte productivité.

Dans leur analyse de risques, Vandenbroeck et al. (2013) ont démontré que les facteurs organisationnels, dont la participation à la prise de décision, ont un impact important sur la fatigue émotionnelle.

Dans l’étude de Van den Broeck et al. (2017) apparait l’importance de l’engagement des travailleurs dans le risque de burnout, engagement très présent dans le secteur des soins.

Facteurs individuels

Dans leur revue, Alarcon et al. (2009) ont montré que l’estime de soi, le sentiment d’efficacité, le locus of control, la stabilité émotionnelle, l’extraversion, le caractère consciencieux, l’optimisme, la personnalité proactive, l’affectivité positive et négative et le courage étaient significativement liés au burnout.

Nous avons souvent des attentes importantes au niveau du travail, nous sommes consciencieux, engagés, parfois perfectionnistes. en tout cas, nous donnons beaucoup et nous recevons trop peu.

Que faire ?

Nous n’avons que très peu d’impact sur les facteurs sociétaux et liés au travail. Par contre, nous pouvons agir sur nous, la connaissance que nous avons de nous (valeurs, activités qui nous donnent de l’énergie, ce qui donne du sens à notre vie) et sur nos comportements.

Partager?
sam 31

IET® Etapes de Transformation chez vous avec les personnes que vous choisissez

31 octobre 2020 à 9 h 30 min - 1 novembre 2020 à 17 h 30 min
Nov 03

Decouverte de l’Enneagramme 2 jours 3 novembre et 1er décembre

3 novembre 2020 à 9 h 00 min - 17 h 00 min
Tourcoing
Nov 17

Les plus Hautes Etapes de Transformation 7 soirées par zoom

17 novembre 2020 à 19 h 30 min - 21 h 30 min