Suivi du projet EPP (Enneagram Prison Project) àà Marche en Famenne

Suivi du projet EPP (Enneagram Prison Project) àà Marche en Famenne

C’est avec beaucoup d’émotion que je partage avec vous le témoignage d’une des guides EPP qui a participé à la réunion de suivi à la prison de Marche.

Nous les avons trouvés, là où nous les avions quittés, sourires chaleureux, yeux plein de vie et heureux d’être là. C’était beau à voir, le beau en eux si visible.
Soulagés que nous soyons revenus, que nous ne  les ayons pas oubliés. Ils ont beaucoup parlé de la formation autour d’eux et ont recruté pour nous.
Ils nous ont dit qu’ils se soutiennent par des partages et des rappels entre eux, ils étaient vraiment étonnés et touchés de voir que tous ont respecté la confidentialité et rien des partages « délicats » n’est sorti de leur groupe.
Enneagramme et même devenu le mot clé qu’ils disent à haut voix quand quelqu’un s’emporte. Ca amène le rire et fait chuter la tension. Certains ont aussi pu discuter avec le bibliothécaire qui connaît l’ennéagramme.
L’un d’eux souhaite donner sa part de la rémunération pour le stage au projet. Ensemble ils veulent écrire des mots aux détenus en Amérique pour leur dire qu’ils ce pensent à eux.
Voici quelques mots qui m’ont touchés :

« C’est comme une renaissance, je vais vers plus de qui je suis, je veux donner à moi aussi, pas que aux autres (2). »
« L’Enneagramme n’est pas que pour soi c’est aussi pour apprendre la tolérance et comprendre les autres, c’est comme une révélation. Je me dis maintenant que je saurai faire face, accepter moi-même »
« Ennéagramme m’a donné un apaisement, un recul sur moi même, je vois mieux maintenant comment faire dans un conflit. »
« ça m’aide à gérer mon manque de confiance – je stress moins, ma prof de Gestion m’a trouvé transformer et m’a demandé ce que j’avais fait »
« J’ai pu parlé de mon enfance à mon psy, ça a fait avancé mon dossier, je suis fier d’avoir pu parlé de moi »
« Certaines choses ne m’atteignent plus comme avant »
« Je vois que je ris plus, je pardonne aussi, je me dis que personne est mauvais, nous sommes différents. Ma colère est partie et je vais continuer ce chemin »
« Je partage plus, j’extériorise comme ci quelque chose c’était débloquée »
« Quand j’ai trop dans la tête – ça devient plus clair – ça me donne des solutions »
« c’est difficile émotionnellement, je ne voulais pas voir les choses qui me baissaient, maintenant je suis obliger de le faire »
« Il n’y pas de fin avec ça, je poursuis, je vois comment je fonctionne, comment je justifie mes erreurs, j’apprends à marquer des temps d’arrêt »
« J’aime ce que je suis entrain de devenir et j’ai peur de retomber dans me travers et retrouver mes démons »

Et pour finir une merveilleuse phrase d’un 5 : « Pour survivre il faut savoir apprendre, quand tu sais tu survis et tu n’as pas besoin des autres »

A quand une subvention pour ce magnifique programme ?

Partager?

Laisser un commentaire